Nekfeu Nique Les Clones, Pt. II Lyrics

Je ne vois plus que des clones, ça a commencé à l’école

À qui tu donnes de l’épaule pour t’en sortir?

Ici, tout l’monde joue des rôles en rêvant du million d’euros

Et j’ai poussé comme une rose parmi les orties

[x2]

Je t’avais promis qu’un jour tu te rappellerais de nos têtes

Je ne suis pas prêt de me taire

De la primaire au lycée, déprimé, je me sentais prisonnier

Parce que les professeurs voulaient toujours me noter

Pourtant, j’aimais les cours, j’étais différent

De tous ceux qui me disaient: “Soit tu subis, soit tu mets les coups”

Moi, je rêvais d’aventure, griffonnais les devantures

J’attaquais tout ce qui m’était défendu

Rien à péter de toutes leurs émissions télé de vendus

Je voulais voir le monde avant d’être rappelé devant Dieu

Et, pour ne pas qu’on se moque de moi, je bouquinais en cachette

Pendant que les gamins de mon âge parlaient de voitures

Un des gars de l’époque bicravait des Armani Code

Et, un beau jour, il a ramené une arme à l’école

J’étais choqué de le voir avec un glock (Oui!)

J’en ai rien à foutre de vos putains de codes (Oui!)

J’avais peur, je l’ai dit, mais j’ai un cœur, je le dis

Mais je suis toujours là pour mes putains de potes

Maintenant, pour lui, le bruit des balles est imprimé dans le crâne

Ceux qui traînaient dans le bât’ l’ont entraîné vers le bas

Faut jamais céder à la pression du groupe

D’t’façons, quand tu fais du mal, au fond, tu ressens du doute

[x2]

Je ne vois plus que des clones, ça a commencé à l’école

À qui tu donnes de l’épaule pour t’en sortir?

Ici, tout l’monde joue des rôles en rêvant du million d’euros

Et j’ai poussé comme une rose parmi les orties

[x2]

Je suis un nomade, ne me dites pas qu’on est bons qu’à stagner

Casse-toi, moi, je ne me sens pas casanier

Instable, ne me parlez pas de m’installer

Quand t’es différent des autres, on veut te castagner

T’es malheureux quand t’as qu’un rêve et que tes parents ne veulent pas

Traîner vers le bas, t’inquiète, je te promets de me battre

Non, je n’aime pas quand je me promène et que je vois

Ce petit qui se fait traquer pour des problèmes de poids

Mais pour qui se prend-on? De tristes pantins

J’écris c’te pensée pour que Le Christ m’entende

Et, dans nos cœur, on est à l’ère de L’Age de Glace

Aymé ? C’est plus qu’un personnage de H

On n’est pas des codes barres

T’as la cote sur les réseaux puis ta cote part, nan

On n’est pas des codes barres

T’as la cote sur les réseaux puis ta cote part

Le regard des gens t’amènera devant le mirage du miroir

Mais, moi, j’ai la rage, ma vision du Rap, elle est rare

Tant qu’un misérable s’endormira dans la rame

Pendant que le rat se réchauffera sur les rails

Vu qu’on forme des copies conformes

Qui ne pensent qu’à leur petit confort

[x2]

Je ne vois plus que des clones, ça a commencé à l’école

À qui tu donnes de l’épaule pour t’en sortir?

Ici, tout l’monde joue des rôles en rêvant du million d’euros

Et j’ai poussé comme une rose parmi les orties

[x2]

J’éduque ma peine en leur parlant de nous

Je décuple mes sens comme un handicapé

Comment trouver le chemin qu’on m’indique à peine?

J’me sens comme Andy Kaufman dans Man on the Moon

[x2]

Nique les clones

Nique les clones

Nique les clones

Nique les faux

«Ceux qui ont pris tout le plat dans leur assiette

Laissant les assiettes des autres vides et qui, ayant tout

Disent, avec une bonne figure, une bonne conscience “Nous, nous qui avons tout, on est pour la paix!”

Tu sais c’que j’dois leur crier, à ceux-là?

“Les premiers violents, les provocateurs de toute violence, c’est vous! Et quand, le soir, dans vos belles maisons, vous allez embrasser vos p’tits enfants, avec votre bonne conscience, au regard de Dieu, vous avez probablement plus de sang sur vos mains d’inconscients que n’en aura jamais le désespéré qui a pris des armes pour essayer de sortir de son désespoir.”»